Bouton benevoles20Partenaires20Les temps forts20Artisans commercants20Vide grenier20

Est républicain 1 Août 2015

le .

A l’époque, l’idée d’un rendez-vous des cultures du monde en pleine campagne haut-saônoise avait pris consistance en même temps que s’installait une nouvelle équipe municipale autour de Jean-Paul Mariot. Le contexte n’était pourtant pas évident : l’élu rappelle « la montée du FN », déjà, lors de ces élections, avec ce sentiment que « Port était un peu renfermé sur lui-même ». Faute d’opportunités à saisir, surtout. Alors, « on a voulu montrer aux gens d’ici qu’il y en a d’autres ailleurs aussi intéressants et qui vivent différemment ».

Jusqu’au 9 août
Déjà mise en valeur par son port de plaisance (autre carrefour, naturel celui-là, de nationalités), cette commune de 3.100 habitants située à une quinzaine de kilomètres de Vesoul, ne s’est pas trompée. Depuis les débuts, pas moins de 80 pays auront été représentés ici.

Désormais, ce rendez-vous international du folklore prend ses aises, sur dix jours (31 juillet-9 août). Au spectacle hebdomadaire des débuts a succédé un programme dense et quotidien d’animations et de rencontres. Seuls les spectacles d’ouverture et de fin de festival, qui regroupent tous les artistes, sont payants.

Pour le reste, c’est la fête un peu partout. Car l’événement a pris une nouvelle dimension depuis l’an dernier. Il n’appartient plus complètement à Port-sur-Saône, où se déroulera le grand défilé d’ouverture mardi, mais implique maintenant une bonne partie des villages environnants et composant la communauté de communes Terres de Saône. Des spectacles ont commencé à y être donnés hier soir, et ce jusqu’à lundi.

Dépaysement garanti autant pour les villageois que pour ces troupes en provenance, cette année, d’Allemagne, Bolivie, Botswana, Egypte, Géorgie, Lituanie, Moldavie, Serbie, Tahiti, Tibet et Togo. Et l’idée de faire venir Cuba l’an prochain trotte déjà dans la tête des organisateurs.

En prenant le relais des responsabilités de ce rendez-vous pour lequel 200 indispensables bénévoles se mobilisent, Jean-Pascal Mariot, le fils de Jean-Paul, et son équipe élargissent encore un peu plus le champ des découvertes. Aux plus jeunes notamment, avec des ateliers danses au contact des artistes (samedi 8).

En 25 ans, Port-sur-Saône s’est tout simplement forgé « une identité » qui force le respect, celle de la tolérance.

Philippe BROUILLARD